Plusieurs voisins de la Chine entretiennent avec elle des contentieux territoriaux comme le Japon (en mer de Chine orientale). Après la fin de la guerre, la Chine conclut rapidement une série de traités avec la Birmanie, le Népal et le Pakistan, grand rival de l’Inde dans la région[7]. Non, Didier Raoult ne quitte pas la France pour la Chine, Le Panchen Lama «mène une vie normale», selon la Chine. «Mais cela ne signifie pas qu'elle s'apprête à entrer en guerre», a-t-il nuancé. L'armée populaire de libération pénétra au Ladakh le 7 août 1959, dans l'Himalaya occidental, et y construisit une route reliant l'Aksai Chin à la région autonome du Xinjiang[1]. « La Chine, avec ses meilleures infrastructures, ses capacités militaires supérieures, pense peut-être que c’est le moment de pousser l’Inde, pour voir jusqu’où ira l’Inde ». « une guerre totale entre les deux nations les plus peuplées au monde pouvant rivaliser avec la confrontation dans les Caraïbes en termes d’implications sur le long terme », « accouché de l’Asie moderne en forgeant des alliances encore intactes aujourd’hui : l’Inde avec les États-Unis, le Pakistan tourné vers la Chine, malgré ses liens avec les Américains », « comme un acteur irrationnel, guidé par un dictateur fou et avide d’imposer le communisme dans le monde entier », « à mesure que la Chine s’est rapprochée des États-Unis à la fin des années 1960, puis après son ouverture à la fin des années 1970 et son intégration dans le système capitaliste mondialisé, une lecture moins manichéenne s’est faite jour. Les guerres de lopium sont des conflits motivés par des raisons commerciales qui opposèrent la Chine de la dynastie Qing, voulant interdire le commerce de lopium sur son territoire, à plusieurs pays occidentaux, au XIXe siècle. Le conflit fit émerger des tensions provoquées par le renforcement des lois anti-opium du gouvernement Qing en réponse à l'intensification par les Britanniques de leurs exportations illégales en Chine de lopium q… Les contestations territoriales entre les deux pays portent notamment sur la ligne Mac Mahon et l'Aksai Chin. En réponse, l'armée indienne a prévu de recruter 100 000 soldats sur cinq ans pour les déployer aux abords de la ligne de contrôle et d'y installer des missiles de croisière[21]. Les soldats se sont affrontés dans un corps-à-corps d'une extrême violence, selon les témoignages de rescapés. Notamment à partir de la publication en 1970 de l’ouvrage du journaliste australien Neville Maxwell (en), India’s China War, correspondant du quotidien britannique Times en Inde à l’époque. Au plein cœur de l’Himalaya, à 4.000 mètres d’altitude et le long de leurs 3.300km de frontière commune, la Chine et l’Inde. François Bougon de Mediapart estime en 2020 que ce conflit a « accouché de l’Asie moderne en forgeant des alliances encore intactes aujourd’hui : l’Inde avec les États-Unis, le Pakistan tourné vers la Chine, malgré ses liens avec les Américains »[5]. La semaine dernière, le général Bipin Rawat, chef d’état-major de la défense de l’Inde, a décrit le quad comme un «bon mécanisme» pour empêcher la région d’être dominée par une puissance hostile. Pékin a adopté un ton plus apaisant ce mercredi. L’Inde a ainsi reconnu jeudi, pour la première fois, qu’elle avait égalé la Chine en termes de forces militaires à la frontière contestée dans l’Himalaya. En 2011, la Chine renforce ses troupes le long de la ligne de démarcation, déploie des missiles balistiques et multiplie les incursions en territoire indien, provoquant ainsi un regain de tension. Temps de lecture 1 min . Cette confrontation a lieu alors que les deux pays se disputent un territoire frontalier. Le 14 novembre 1962, vers la fin de la guerre sino-indienne, le gouvernement de Nehru ordonna la formation d'une force d'élite de guérilla, les Forces spéciales des frontières, incorporant essentiellement des réfugiés tibétains[15]. En octobre 1962, le Consulat général de l'Inde à Lhassa est fermé et n'a pas été rouvert depuis lors[13],[14]. Retrouvez toute l’actualité internationale ICI. Entre le succès chinois et l’échec soviétique à Cuba, le contraste est saisissant. L'armée chinoise occupe les territoires de l'Aksai Chin au Cachemire et du futur État indien de l'Arunachal Pradesh, dans l'Assam, des zones très montagneuses revendiquées par la Chine. Le conflit coïncide avec la crise des missiles de Cuba[6]. Pékin propose des négociations pour régler le litige. Asie. Après l'annexion du Tibet en 1951, la Chine a repoussé sa frontière sud-ouest au détriment de l'Inde. L'Himalaya, zone de frictions entre la Chine et l'Inde L' Himalaya fait rêver les amateurs de sensations fortes avec ses sommets avoisinant les 8 000 mètres. La dernière modification de cette page a été faite le 27 septembre 2020 à 13:37. En 1965, durant la deuxième guerre indo-pakistanaise, la Chine a menacé d'intervenir militairement au côté du Pakistan[17]. Par L'Obs. Inde. Des affrontements entre l’Inde et la Chine surviennent régulièrement le long de la frontière entre les deux pays, ... « Modi ne veut pas la guerre, mais il entend se montrer ferme. Le 20 octobre 1962, l’Armée populaire de libération lance 80 000 soldats à l’attaque du territoire indien simultanément en Aksai Chin (à Rezang La (en)[2]) et en North-East Frontier Agency, devenu en 1972 l'Arunachal Pradesh (à Tawang[2])[3]. La Chine de Mao Zedong annexe le Tibet, voisin du Ladakh. Le premier affrontement militaire meurtrier entre la Chine et l'Inde en 45 ans. Il y aurait également des victimes chinoises. Des affrontements le 15 juin Sans autre justification, tout porte à croire que le conflit frontalier n'a pas encore été réglé[24]. A l'issue de la guerre de 1962 entre l'Inde et la Chine, les troupes chinoises ont occupé environ 40 000 kilomètres carrés de territoire indien. Cette guerre eut une influence notable sur la rupture sino-soviétique, le gouvernement soviétique ayant pris implicitement parti pour l'Inde[8], alors que le gouvernement des États-Unis la soutint ouvertement[9],[10]. La construction de cette route stratégique, permettant à la Chine d'acheminer rapidement hommes et matériels à sa frontière avec l'Inde, a provoqué pendant plusieurs mois un face à face extrêmement tendu entre les deux nations, avant qu'un accord ne soit finalement signé le 29 août 2017[22]. Après une série d'affrontements à leur frontière, la Chine et l'Inde sont convenues, autour d'une déclaration commune vendredi, d'« apaiser les tensions » dans l'Himalaya. New Delhi installe un poste militaire au-delà de la ligne Mac Mahon qui délimite la frontière depuis la colonisation britanni… La Chine a refusé de confirmer des pertes, mais des médias indiens ont fait état d’au moins 40 soldats chinois tués ou grièvement blessés. «Je veux assurer le pays que le sacrifice de nos soldats n'aura pas été en vain», a de son réagi déclaré le Premier ministre indien Narendra Modi mercredi, lors de sa première déclaration publique sur le sujet, assurant que l'Inde voulait «la paix». «Du côté chinois, nous ne voulons assurément plus voir de heurts» avec l'Inde, a déclaré Zhao Lijian. Pékin a assuré que l'Inde était responsable de l'incident, en raison de deux incursions au-delà de ce qui est considéré comme la frontière selon la Chine. Le Cachemire, région à majorité musulmane, sera l’objet de trois guerres entre l’Inde et le Pakistan. Les faibles garnisons des forces armées indiennes le long des 2 500 km de la frontière dont l'altitude dépasse parfois les 5 000 mètres ne sont pas préparées à répondre à cette agression et battent rapidement en retraite, 80 % des soldats défendant les postes avancés périssent ou sont faits prisonniers[4]. Depuis des dizaines d'années, la frontière entre la Chine et l'Inde est source de tensions entre les deux pays. Après sa mort le nouveau Premier ministre, Lâl Bahâdur Shâstrî, adopta une attitude plus ferme au sujet du Tibet et son gouvernement vota en faveur de la résolution sur l'autodétermination du Tibet de 1965, contrairement aux résolutions de 1959 et 1961[18]. «En tant que plus grosse et sans doute plus forte puissance militaire d'Asie, la Chine est déjà une menace pour les Etats-Unis et d'autres nations de la région en termes d'équipements militaires», a noté auprès de l'AFP James Char, expert de l'armée chinoise à l'Université de technologie de Nanyang, à Singapour. Les contestations territoriales ont provoqué en 1962 une « guerre-éclair », depuis laquelle la Chine, sortie victorieuse du conflit, occupe le territoire de l’Aksai Chin, revendiqué par l’Inde car lui appartenant autrefois. La Chine veut lancer sa première sonde vers Mars en juillet. Publié le 21 septembre 2020 à 17h28. Les violations de frontière par les forces chinoises restent malgré cela fréquentes avec, en 2008, 270 cas recensés entraînant une augmentation de la présence militaire indienne sur la zone[19]. Frictions à la frontière entre la Chine et l’Inde. Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail. En avril 2005, un accord sino-indien est intervenu afin de régler leur différend frontalier, accord fixant les « grands principes » pour un règlement « définitif » du contentieux frontalier qui les oppose le long de l'Himalaya depuis la guerre de 1962.[réf. Notamment à partir de la publication en 1970 de l’ouvrage du journaliste australien. Lundi 15 juin, vingt soldats indiens ont été tués lors d'un affrontement dans l'Himalaya contre des troupes chinoises. 1951. La Chine décrète unilatéralement un cessez-le-feu le 20 novembre 1962[3]. Les relations entre la Chine et l’Inde contemporaines sont caractérisées par des différends frontaliers (en), qui ont provoqué trois conflits militaires : la Guerre sino-indienne de 1962, l’incident de Chola (en) en 1967 et l’escarmouche Sino-Indienne de 1987 (en) [5]. La Chine et l'Inde peuvent-elles vraiment risquer une guerre, potentiellement nucléaire, pour une question de frontière en des terres inhospitalières ? nécessaire]. Pour Claude Arpi, le conflit est la réponse des dirigeants chinois au refuge accordé par l'Inde au 14e dalaï-lama et aux Tibétains en 1959. L’Inde construit une route le long de la frontière qui semble avoir déclenché la récente altercation, et la Chine a déplacé 5000 soldats supplémentaires dans la région. Il faut bien comprendre que la question ne se pose pas en ces termes, et qu'au contraire nous parlons ici d'intérêts vitaux pour la Chine, et semi-vitaux pour l'Inde. Des Lockheed U-2 de la CIA sont appelés à surveiller la frontière sino-indienne dès le 5 décembre 1962 depuis la Thaïlande puis à partir de la base aérienne de Charbatia (en), près de Cuttack en Inde, de fin mai 1964 jusqu'en juillet 1967[16]. Nonetheless, the inconsistency of Soviet announcements in autumn 1962 clearly reflect Soviet oscillation between Chinese and Indian standpoints and therefore the implicit weight of the Indian factor. Dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 juin, une très violente confrontation à leur frontière, survenue à plus de 4.000m d'altitude, a fait au moins 20 morts côté indien. La Chine décide de mettre fin au conflit juste avant l’intervention des États-Unis. L'Inde et la Chine pourront aborder leurs différends aujourd'hui à Pékin à l'occasion de la 7e réunion des représentants du groupe des Brics sur la sécurité. L’équation se résume à ça, si l’Inde et/ou la Chine se lancent dans une guerre totale, se sera à l’initiative et pour les intérêts seuls de leur bailleur (UE). Selon Ted Sorensen, un des proches conseillers de Kennedy à l'époque, celui-ci craint que cette guerre n’aboutisse à « une guerre totale entre les deux nations les plus peuplées au monde pouvant rivaliser avec la confrontation dans les Caraïbes en termes d’implications sur le long terme »[5]. La nouvelle vague de coronavirus en Chine liée à une mutation ? Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Selon la presse indienne, une patrouille militaire s’est disputée avec des soldats chinois près de la ligne de contrôle qui délimite les deux pays. Rien ne va plus entre l’Inde et la Chine. Depuis le début du mois de mai, la Chine a déployé des milliers de soldats le long de la frontière sino-indienne, avec plusieurs incursions en territoire indien. La Chine se dit prête pour une guerre contre les Etats-Unis dans une vidéo Dans cette vidéo de propagande, la Chine semble bombarder une base américaine importante, située dans l’océan Pacifique. AFP Manifestation en Inde. Pour lui, Nehru avait provoqué le conflit en lançant une politique agressive à partir de la fin 1961, la « Forward Policy » – elle constituait à édifier des postes militaires le plus avant possible dans les territoires disputés, voire à en construire derrière des positions chinoises – et en refusant tout compromis avec Pékin »[5]. Le 2 mars 1969, 32 soldats soviétiques sont tués lors d'une incursion chinoise sur l'île Damanski, sur le fleuve Ossouri. Dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 juin, une très violente confrontation à leur frontière, survenue à plus de 4.000m d'altitude, a fait au moins 20 morts côté indien. L’Inde et la Chine enterrent la hache de guerre au Ladakh. Les deux nations prétendent rechercher la paix, et la Chine rapporte que la situation est « stable et sous contrôle ». Elle conserve – jusqu’à présent – la région de l’Aksai Chin, depuis revendiquée par l’Inde, et lui rend l’Arunachal Pradesh, qu’elle continue à revendiquer[3]. Le bilan, côté indien, est de 1 383 soldats morts, 1 696 disparus et 3 968 prisonniers ; les Chinois n’ont jamais donné le leur[5]. «Ne franchissez pas la frontière, ne provoquez pas de troubles», a-t-il lancé. La Chine n’a pas intérêt à voir l’Inde offensée se transformer en allié des États-Unis en matière économique et militaire», fait remarquer Alexandre Lomanov. La Chine et l’Inde ne sont pas au bord de la guerre nucléaire, mais il y a tout de même de quoi s’inquiéter. Le lien entre ces événements est indiqué par l'identité du lieu où le dalaï-lama passa la frontière entre l'Inde et le Tibet et où le conflit sino-indien débuta[12]. Le premier affrontement militaire meurtrier entre la Chine et l'Inde en 45 ans. La Chine tire la première salve dans la guerre de l’eau ... Elle se trouve à quelques kilomètres à peine de la frontière avec l’Inde. Au mois de janvier 2018, des images satellites fuitant dans la presse indienne ont toutefois révélé un déploiement massif des forces chinoises et une fortification de la région frontalière, en totale contradiction avec les termes de l'accord de désengagement signé le 29 août 2017[23]. Mais pour les pays qui se partagent la région, cette barrière de 2400 km entre le sous-continent indien , le Tibet chinois et l'Asie centrale est aussi un enjeu stratégique capital. La Chine a accusé l’Inde d’être responsable de l’incident en ayant franchi à deux reprises la frontière contestée, mais n’a pas publiquement fait état de morts de son côté. Les récents accrochages, bénins, ravivent des contentieux territoriaux ayant déclenché une guerre en 1962. Nehru réclame dans deux lettres envoyées au président américain John Fitzgerald Kennedy l’intervention aérienne des États-Unis[5]. La drôle de guerre a commencé le 5 mai, non loin du lac de Pangong Tso, dans le nord-ouest de l’Inde. Pour contrer la puissance croissante de la Chine, l’Inde s’est rapprochée des États-Unis, du Japon et de l’Australie, un groupe connu officieusement sous le nom de «quad». Pékin a assuré que l'Inde était responsable de l'incident à la frontière. Depuis plusieurs semaines, l’Inde et la Chine renforcent leurs positions militaires respectives le long de la Ligne de contrôle actuelle [LAC], dont le tracé donne matière des différents territoriaux qui n’ont jamais été tranchés jusqu’à présent, malgré une guerre qui les opposa brièvement en 1962 [et qui tourna à l’avantage de Pékin, ndlr]. Quelques années plus tard, en 2017, la Chine a entrepris la construction d'une route à usage militaire dans le Doklam, une région montagneuse frontalière du Bhoutan, de la Chine et de l'Inde. PHOTO / TAUSEEF MUSTAFA / AFP. Jawaharlal Nehru, qui avait tenté de se rapprocher de la Chine, fut brisé par la guerre sino-indienne et prit conscience qu'il avait été trompé par Mao Zedong et Zhou Enlai. Chine. Si, dans le contexte de la guerre froide, la Chine est alors présentée, selon François Bougon, « comme un acteur irrationnel, guidé par un dictateur fou et avide d’imposer le communisme dans le monde entier », « à mesure que la Chine s’est rapprochée des États-Unis à la fin des années 1960, puis après son ouverture à la fin des années 1970 et son intégration dans le système capitaliste mondialisé, une lecture moins manichéenne s’est faite jour. Publié le 11/06/2020 - 10:44. Les deux géants asiatiques qui partagent 3 500 kilomètres de frontières dans l’Himalaya sont engagés dans une escalade commerciale et militaire. La guerre sino-indienne est un conflit ayant opposé la Chine et l'Inde en 1962, pour le contrôle de territoires himalayens. Le pays vainqueur restitue l’Arunachal Pradesh - une région tout à l’est de l’Inde, à côté du Bhoutan - mais conserve l’annexion de l’Aksaï Chin - au nord de l’Inde, non loin du Pakistan - sans accord bilatéral ni international. Depuis 1960, la Chine revendique officiellement la région du fleuve Galwan au Ladakh, a rapporté le Business Standard. En raison d'une tension grandissante entre les deux pays, après l'exil du Dalaï-Lama en Inde, et pour des raisons de politique intérieure, le Premier ministre indien, Nehru, décide de se montrer plus ferme vis-à-vis de la Chine communiste. Des contacts entre les deux géants asiatiques ont été noués en vue d'une désescalade, selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Il y aurait également des victimes chinoises. Sur la route entre Srinagar et Leh, la capitale du territoire du Ladakh, le 28 mai 2020. Des militaires indiens et chinois se sont battus, dans la nuit de lundi à mardi, dans une vallée du désert montagneux du Ladakh, située au nord de l'Inde, et frontalière de la Chine. «Nous appelons une nouvelle fois l'Inde (...) à maîtriser ses troupes frontalières», a déclaré dans la foulée le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Zhao Lijian. Des premiers affrontements à coups de poing, pierres et bâtons faisant plusieurs blessés avaient été recensés début mai. La brève offensive de la Chine contre l’Inde a été une démonstration magistrale du succès de la politique de force que préconisent Mao Tse-toung et son équipe depuis des années. Cependant, pour d'autres spécialistes, Nehru est critiqué pour avoir sacrifié avant 1962 en vain le Tibet pour développer l'amitié entre l'Inde et la Chine[11]. India and China: The Battle between Soft and Hard Power, The Sino-Indian War of 1962: New Perspectives, Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet, Insurrection de juin 1953 en Allemagne de l'Est, Occupation de la République dominicaine par les États-Unis, Mouvement du 30 septembre 1965 en Indonésie, Invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie, Conflit frontalier sino-soviétique de 1969, Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, Coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili, Traités Salt sur la limitation des armements stratégiques, Incident du peuplier dans la Joint Security Area, Coup d'État du 12 septembre 1980 en Turquie, Traité INF sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, Révolution démocratique de 1990 en Mongolie, Conférences de la guerre froide en Europe (1945-1955), Liste des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, Traités internationaux de la guerre froide, Organisation du traité de l'Atlantique Nord, Dissuasion et prolifération nucléaires pendant la guerre froide, Forces armées de l'OTAN et du Pacte de Varsovie, Liste des traités de contrôle et de limitation des armements, Histoire du renseignement soviétique et russe, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Guerre_sino-indienne&oldid=175077821, Histoire militaire de l'époque contemporaine, Guerre impliquant la république populaire de Chine, Page géolocalisable sans coordonnées paramétrées, Conflit militaire géolocalisable sans coordonnées paramétrées, Article contenant un appel à traduction en anglais, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, Portail:Relations internationales/Articles liés, Portail:République populaire de Chine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Courrier international - Paris. La querelle vire au pugilat. En 2010, le différend frontalier n'est toujours pas réglé[20].

chine guerre inde

Académie De Toulouse Mutation Intra, L'organigramme D'une Entreprise, Matthieu Orphelin Malade, Open Office Calc Formule Pourcentage, Cours Daeu A Gratuit, Beaux-parents - Film Avis, Marine Serre Masque Prix, Chambre Des Métiers Raizet Horaires, Le Petit Journal Dakar, Des Recettes De Cuisine, Citation Cancer Combat, Restaurant Enghien Ouvert Le Lundi, Avion Lille - Rennes, Ingénieur Génie Civil Et Urbanisme, Achat Villa Bali,