Située à cheval entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan avec une superficie de 67300 km², soit deux fois la superficie de la Belgique pour situer ! En plus de l’impact désastreux sur la biodiversité marine, les oiseaux et mammifères de la région ont également souffert: le nombre d’espèces a été divisé par deux. L’utilisation importante de pesticides et d’autres produits a  contaminé l’eau et le sol du lac. “L’état de la mer d’Aral commence à se stabiliser, le processus d’assèchement a ralenti”, a déclaré Petr Zavialov, vice-directeur de l’institut d’océanologie de l’Académie des sciences de Russie, le 18 juin dernier. Par les réformes soviétiques passées, et à travers des actes frauduleux aujourd’hui, la Russie aggrave intentionnellement la situation. Mer d’Aral… L’assèchement de la mer d’Aral démontre bien comment le manque d’entente entre des pays concernés par un même enjeu environnemental peut avoir des conséquences irréversibles. Son écosystème est (était) composé de 5 régions naturelles : sèche, désert sub-tropicaux, et sub-boréaux, plateaux argileux et des pleins delta alluviaux, avec au total 20% de montagnes et 80% de plaines. Cependant, de nombreuses sources indiquent que la Russie interfère toujours avec les cinq pays d’Asie centrale, affectant la situation de la mer d’Aral: la Russie chercherait à accroître son influence en renforçant la dépendance en eau des pays. La ‘mer’ d’Aral – qui est en fait un grand lac peu salé – était alimenté par les deux plus grands fleuves d’Asie centrale : l’Amu Darya et le Syr Darya. L’Assèchement de la mer d’Aral 6 mai 2016 6 mai 2016 équipe ouzbékistan En Ouzbékistan, les plus importantes et grandes étendues d’eau sont le lac Sarykamych au nord-ouest, le lac Aïdarkoul à l’est et, surtout, la mer Aral complètement au nord. Depuis 2007, la pêche a repris et l’économie de la partie Kazakh de la mer d’Aral semble reprendre vie. Voici 5 informations à connaitre à son sujet. He loves eating French dishes and bragging about his home-country, yet hates being stereotyped as such. Et juste pour une culture du coton. Les projets de développement agricole à l’origine de l’assèchement ont été initiés par le gouvernement central soviétique de Moscou. La mer d'Aral est un lac d'eau salée partagé entre le Kazakhstan et l'Ouzbékistan en Asie centrale.. En 1960, encore alimentée par les puissants fleuves Amou-Daria et Syr-Daria, la mer d'Aral couvrait 68 000 km².. En 2000, cette superficie a été divisée par deux et en 2015 par huit. Alors qu’elle devrait porter une responsabilité particulière dans cette crise, elle ne participe pas aux projets qui ont vocation à ‘sauver’ la mer, De son côté, le Kazakhstan travaille davantage avec les acteurs mondiaux pour sauver sa partie de la mer d’Aral. Concernant lenvironnement, lassèchement de la mer dAral entraîne la disparition progressive de la faune et de la flore : seules 168 espèces doiseaux sur les 319 présentes avant le détournement du lac et 30 variétés de mammifères sur 70 subsistent aujourdhui. Ce bouleversement environnemental et climatique a eu un impact profond sur l’économie des communautés locales. Entre 58° et 62° de longitude est. Malgré la création du Fond International pour la sauvegarde de la mer d’Aral (FISA) en 1993 et d’autres projets inter-gouvernementaux similaires pour «. Le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, dont les frontières divisent la mer, sont aujourd’hui les principaux concernés par cette catastrophe écologique, économique, et de santé publique. À partir des années 60, le niveau de l’eau a diminué de 20 à 60 km3 par an, et les 68 900 km2 d’étendue d’eau se sont progressivement transformés en un bassin de 7000 km2. Au début des années 1960, les économistes soviétiques décident d’intensifier la culture du coton en Ouzbékistan et au Kazakhstan. Mais dans les années 50, l’URSS avait d’autres ambitions économiques que la pêche. , la taille de la mer a régressé jusqu’à ne représenter qu’un dixième de sa taille originelle à la fin des années 80. Malgré l’environnement désertique de ses  alentours, la mer d’Aral procurait aux communautés côtières une importante source de pêche : en 1957, cette activité représentait une production de 48 000 tonnes de poissons, soit 13% de la pêche de l’URSS. Mais depuis son démantèlement, la Russie a très peu de lien avec la situation, puisque son autorité ne s’étend plus jusqu’à la région en question. De son côté, le Kazakhstan travaille davantage avec les acteurs mondiaux pour sauver sa partie de la mer d’Aral. L’assèchement de la mer d’Aral 23 février 2015 3 mars 2015 / dacruzalex Afin de comprendre l’enjeu de ces deux acteurs dans la catastrophe de la mer d’Aral, il faut remonter à l’ère soviétique.En effet, pendant cette période, l’agriculture a été l’objet d’une politique de modernisation en Asie centrale. Vraie question, est-ce que la culture du coton a provoquer l’assèchement de la mer d’Aral ? A cela ajouter les cancers. Non seulement une conséquence environnementale mais aussi économique, car les aires de pâturages. Au vu des difficultés à trouver des solutions efficaces et de grande ampleur au problème de l’assèchement de la mer d’Aral, la communauté internationale est entrée en jeu dès le début des années 90. L’Ouzbékistan lui-même a également du mal à tenir ses promesses, et son immense revenu provenant du coton le dissuade de modifier son alimentation en eau. La zone nord de la mer d’Aral a ainsi retrouvé 18% de sa surface initiale. et de céréales. Les causes d’un tel désastre et ses potentielles conséquences sont particulièrement troublantes. Les îles et îlots ont une superficie totale de 2 345 km². La réponse est : OUI. La mer d'Aral est un lac d'eau salée d'Asie centrale situé entre 43° et 46° de latitude nord et entre 58° et 62° de longitude est, occupant la partie basse de la dépression touranienne ou aralo-caspienne au milieu d'espaces désertiques. La plus fructueuse d’entre elles est la construction du barrage de Kokaral. > Le coton responsable de l’assèchement de la mer d’Aral ? Une seule variété de poisson vit encore dans ces eaux, mais elle est impropre à la consommation ; les pêcheurs ont bien sûr dû cesser toute activité, ce qui a conduit les 30 000 personnes qui vivaient de la pêche à émigrer. Entre 43° et 46° de latitude nord. Plutôt que d’avoir une moyenne de -25 degrés en hiver et 35 degrés en été, les populations doivent endurer des températures atteignant, Ce bouleversement environnemental et climatique a eu un impact profond sur l’économie des communautés locales. En 2006, à cause de l'assèchement, le niveau de l’eau est descendu de 23 mètres, et le volume du lac a baissé de 90 % [17]. Pour Kristopher White, chercheur et professeur à l’Université KIMEP d’Almaty qui a étudié l’impact économique de l’assèchement de la mer d’Aral, la mer ne retrouvera jamais son niveau d’antan, mais une hausse de 18 % de la superficie de la mer d’Aral du nord est … Les deux fleuves alimentant la mer ne contribuent que faiblement au bilan hydrique à cause des … En Ouzbekistan sans doute, par contre au Kazakhstan de nombreux programmes ont été mis en place. Le Tadjikistan, le Turkménistan, et le Kirghizistan ne doivent pas non plus être exclus de l’équation. De nombreuses études soulignent ces enjeux de santé publique : la région souffre d’un taux de mortalité infantile parmi les plus élevés au monde (110 / 1000), d’une hausse de cancers, d’anémies, de tuberculoses, etc. Car oui avant la culture du coton, la première source de revenu était la pêche. L’assèchement de la mer d’Aral est une catastrophe naturelle passée sous le radar du public mondial, dont on entend très peu parler de nos jours. A cause de l’utilisation à outrance des pesticides, la mer est asséchée. Si l’on peut se réjouir de voir la mer d’Aral réapparaître en partie, il est important de noter qu’il a fallu attendre qu’il y ait des répercussions sur l’économie et la santé des habitants de la région pour que la communauté internationale initie des démarches de sauvetage de l’environnement. et la chasse n’est plus un moyen de subsistance convenable. Victime des politiques agricoles soviétiques. Résultat : son taux de salinité a grimpé et des millions de poissons sont morts suite à l’assèchement. La principale cause de l’assèchement de la mer d’Aral (Darya) La mer d’Aral est une mer intérieure partagée entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Avant les années 60, la mer d’Aral était la 4ème plus grande étendue d’eau intérieure, derrière la mer Caspienne, le Lac Supérieur, et le Lac Victoria. Entre 1960 et 2000, la mer d'Aral avait déjà perdu 75 % de sa superficie. Ainsi, les vallées de l’Amu Darya et Syr Darya sont devenues nettement plus arables, au détriment de la mer d’Aral, dont le niveau d’eau a baissé à une vitesse effrénée. Selon les projections, le bassin du Sud en Ouzbékistan va complètement disparaître d’ici 2025, et même si les effets néfastes des pesticides au fond du bassin se  font ressentir sur la santé publique jusque dans la capitale (Tachkent est à plus de 500 km de la mer), le gouvernement Ouzbek ne semble pas prêt à investir davantage dans les projets de sauvetage. Localisation : Asie centrale, partagée entre le Kazakhstan (Sud-Ouest) et l’Ouzbékistan (Nord-Ouest) Superficie : 10 033km2 La mer d'Aral est alimentée par 2 affluents principaux : le fleuve Syr-Darya et Amou-Darya Débit : 2 à 5 km3/ an Cinq pays se partagent le bassin du lac Ainsi en … Géographie et histoire de la mer d’Aral. Il est évident que les cinq pays d’Asie centrale tiennent également une part de responsabilité pour l’assèchement de la mer d’Aral, et plus particulièrement le Kazakhstan et l’Ouzbékistan qui se partagent la mer. et à baisser le taux de salinité de la mer, permettant à certaines espèces de poissons de la repeupler. The McGill International Review - Canada's premier undergraduate journal of international affairs. La mer d’aral: Son portrait. Les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria sont détournés pour irriguer les cultures . Malheureusement pour l’Ouzbékistan, la partie Sud de la mer d’Aral semble condamnée à disparaître. Très simple, en 1960 l’Union Soviétique décide de cultiver les steppes, donc de produire du coton (entre autre). En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées. Située entre la frontière du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan, cette grande étendue d’eau s’est asséchée en moins de trente ans. L’Union Soviétique s’est lancée dans la construction de barrages sur les fleuves qui approvisionnaient la mer d’Aral, afin d’augmenter. ) La plus fructueuse d’entre elles est la construction du barrage de Kokaral. Cette perte massive d’eau a drastiquement altéré le climat de la région, maintenant considéré comme continental. L’Ouzbékistan a été jusqu’à adresser des menaces militaires à l’égard de ces pays pour leur manque de coopération. En 1970, la mer d’Aral avait déjà perdu 9/10e de sa surface. Il s’agit d’une affaire délicate, qui met en avant un manque de coopération entre des pays qui cherchent à éviter toute responsabilité. Pour se faire ils détournent des fleuves pour irriguer les cultures. En bloquant intentionnellement l’eau, la Russie peut donc manipuler à son avantage certains échanges avec le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Timelapse de l'assèchement de la Mer d'Aral sur Google Earth. Malgré la création du Fond International pour la sauvegarde de la mer d’Aral (FISA) en 1993 et d’autres projets inter-gouvernementaux similaires pour « redynamiser l’action commune », les pays d’Asie centrale manquent de coordination et le Kazakhstan semble porter une lourde part du fardeau seul, avec très peu de soutien de la part de ses voisins. La crise a donc été provoquée par un gouvernement qui n’existe plus. En 1987 les pécheurs ont pêché : 0 tonne ! Les champs obligatoires sont indiqués avec *. La mer d’Aral est aujourd’hui toujours alimentée par des rivières mineures, dont les sources se trouvent sur le territoire Russe. Elle est alimentée par deux fleuves, Amou-Daria et Syr-Daria. Qui sera sans doute fabriqué dans un atelier de la sueur et qui coûtera moins de 5€. Et les poissons reviennent au plus grand bonheur des pêcheurs qui ont capturé 7 106 tonnes de poissons en 2016. Par les réformes soviétiques passées, et à travers des actes frauduleux aujourd’hui, la Russie aggrave intentionnellement la situation. Ainsi, les vallées de l’Amu Darya et Syr Darya sont devenues nettement plus arables, au détriment de la mer d’Aral, dont le niveau d’eau a baissé à une vitesse effrénée. En effet le climat est aujourd’hui considéré comme continental et les températures oscillent entre -50 l’hiver et – 50 l’été. En 1987, les pêcheurs de la région, habitués à des pêches prolifiques, ont atteint le triste record de 0 tonne de poissons pêchés. Il y a 50 ans la mer d’Aral (qui est en réalité un lac salé -1ere nouvelle-) … La pêche est devenue complètement impraticable puisqu’en plus du bas niveau de l’eau (qui limite l’existence de poissons), un taux néfaste de pesticides provenant des fleuves et une augmentation de la salinité de l’eau ont exterminé la quasi-totalité de la biodiversité locale. En 1987, les pêcheurs de la région, habitués à des pêches prolifiques, ont atteint le triste record de 0 tonne de poissons pêchés. Website Design: Camille Point & Alec Regino. William is a U3 International Development student at McGill University. Malgré des promesses faites lors de sommets entre les 5 pays, ces trois derniers continuent de dévier une partie de l’eau des deux fleuves pour leur propre agriculture et mènent très peu d’effort pour trouver des sources d’eau alternatives. Bien-sûr il n’y a pas que les cultures qui sont touchées par ces vents salés, il y a aussi la population. Il est alors impératif de se demander sur qui doit reposer cette responsabilité, car malgré des actions menées par de nombreux acteurs mondiaux, la condition de la mer d’Aral reste critique et des actions concrètes sont encore nécessaires. Aussi, en URSS, un poisson pêché sur six provenait de ce lac salé. Avec les vents violents qui traversent le bassin, tous ces produits affectent les populations, que ce soit en contaminant l’eau ‘potable’ ou en polluant l’air. Ces problèmes environnementaux ont aussi des effets néfastes sur la santé des populations locales, ce qui force les autorités à constater l’urgence d’établir des solutions efficaces pour sauver la mer d’Aral. - http://hitek.fr Avant les années 60, la mer d’Aral était la, intérieure, derrière la mer Caspienne, le Lac Supérieur, et le Lac Victoria. En plus de l’impact désastreux sur la biodiversité marine, les oiseaux et mammifères de la région ont également souffert: le nombre d’espèces a été divisé par deux. Par Frédérique Lalonde (2008) La mer d’Aral Autrefois grande comme le Portugal, c’est-à-dire plus de 66 000 km², la mer d’Aral est aujourd’hui réduite à l’état désertique. a  contaminé l’eau et le sol du lac. La mer d'Aral, à cheval entre le Kazakhstan et l'Ouzbekistan, avait perdu 75% de sa superficie en 50 ans. Un bateau parmi des centaines échoués sur le bassin asséché de la Mer d'Aral. , la pêche a repris et l’économie de la partie Kazakh de la mer d’Aral semble reprendre vie. Il y a 50 ans la mer d’Aral (qui est en réalité un lac salé -1ere nouvelle-) etait le 4ème plus grand lac de la planète. Les projets de développement agricole à l’origine de l’assèchement ont été initiés par le gouvernement central soviétique de Moscou. Ses habitants parlent un dialecte ouzbek mais ne ressemblent pas du tout à … Cependant, de nombreuses sources indiquent que la Russie interfère toujours avec les cinq pays d’Asie centrale, affectant la situation de la mer d’Aral: la Russie chercherait à, accroître son influence en renforçant la dépendance, en eau des pays. L’assèchement de la mer d’Aral 23 février 2015 3 mars 2015 / dacruzalex / Poster un commentaire Afin de comprendre l’enjeu de ces deux acteurs dans la catastrophe de la mer d’Aral, il faut remonter à l’ère soviétique.En effet, pendant cette période, l’agriculture a été … La disparation de cette étendue d’eau salée a fait parler d’elle dans le monde entier. Mais, avec l'assèchement de la mer d'Aral, l'emploi s'est fait rare. Beaucoup de vent qui pousse donc le sable du fond du lac (couvert de pesticides) sur les cultures. L’Ouzbekistan fait parti des 6 pays qui produisent le plus de coton (on ne parle pas du travail des enfants connu dans ces pays), Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Alors qu’elle devrait porter une responsabilité particulière dans cette crise, elle ne participe pas aux projets qui ont vocation à ‘sauver’ la mer. Avec les vents violents qui traversent le bassin, tous ces produits affectent les populations, que ce soit en contaminant l’eau ‘potable’ ou en polluant l’air. En 1990, la Banque Mondiale a mis en place le Programme d’Assistance pour le Bassin de la Mer d’Aral (ASBP), un projet général de réhabilitation, de développement et de planification stratégique sur 15-20 ans. La mer d'Aral –du moins, une grande partie de la mer d'Aral– n'existe plus. La pêche est devenue, puisqu’en plus du bas niveau de l’eau (qui limite l’existence de poissons), un taux néfaste de pesticides provenant des fleuves et une, ont exterminé la quasi-totalité de la biodiversité locale. Aujourd'hui, Muynak ne compte plus que 29 000 habitants, avec le taux de chômage le plus élevé de la région. Toute forme de vie, naturelle ou économique, a été profondément affectée par l’assèchement de la mer d’Aral à cause de politiques soviétiques irresponsables. Superficie: 68 000 km² en 1960, 4e surface d’eau salée au monde à l’époque Sa survie à long terme n’est pas assurée, même dans la petite mer. He specializes in development issues affected by cultural clashes between the developed and developing world, aiming to shift the Western-centric perception of international issues in order to create more responsive political agendas. La crise a donc été provoquée par un gouvernement qui n’existe plus. En 1960 la mer d’Aral s’étendait sur 67 300 km 2, ce qui faisait d’elle la … Quelles sont les causes de l'assèchement de la mer d'Aral? La mer d'Aral, situé entre l'Ouzbékistan et le Kazakhstan, est connu pour son assèchement. Elle est partagée entre le Kazakhstan au nord et l'Ouzbékistan au sud. Grâce à un barrage, le niveau de l'eau remonte petit à petit. Toute forme de vie, naturelle ou économique, a été profondément affectée par l’assèchement de la mer d’Aral à cause de politiques soviétiques irresponsables. En 2014, les conditions climatiques extrêmes ont causé l’assèchement quasi complet de la zone sud. La mer d’Aral est aujourd’hui toujours alimentée par des rivières mineures, dont les sources se trouvent sur le territoire Russe. La situation est complexe. on ne parle pas du travail des enfants connu dans ces pays, En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées, C’est encore un peu Noël : deux sapins top écolo, Il y a de la gélatine dans les jus de pommes, Quand la lingerie décide de ne plus retoucher les modèles… (Bonjour l’Hypocrisie). Dans cette vidéo, j'aborde la géopolitique, à travers un cas particulier, celui de la Mer d'Aral. Ils ont alors détourné une partie des fleuves pour irriguer leurs cultures et ont ainsi privé la mer d’Aral de 20 à 60 km3 d’eau, chaque année. 10 ans plus tard en 1970 elle avait perdu 9/10eme de sa surface. Malgré l’environnement désertique de ses  alentours, la mer d’Aral procurait aux communautés côtières une importante source de pêche : en 1957, cette activité représentait une production de 48 000 tonnes de poissons, soit, Mais dans les années 50, l’URSS avait d’autres ambitions économiques que la pêche. Malheureusement pour l’Ouzbékistan, la partie Sud de la mer d’Aral semble condamnée à disparaître. Niveau climatique c’est également une catastrophe. La mer d'Aral est un lac d'eau salée dont le bassin versant se partage sur 5 pays. Cette carte me paraît bizarre. Dans les pas de ce premier effort, d’autres actions ont pu être mises en place. », les pays d’Asie centrale manquent de coordination et le Kazakhstan semble porter une lourde part du fardeau seul, avec très peu de soutien de la part de ses voisins. Ce gigantesque barrage dans le bassin du Nord a réussi à remonter le niveau de l’eau de. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. La mer d’Aral, bordée par le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, recouvrait une superficie de 66 460 km 2 en 1960, ce qui en faisait le quatrième plus grand lac au monde. Seul subsiste une espèce de raie importée, et sélectionnée pour survivre à de tels taux de salinité. Et c’est très bien, la salinité baisse, donc par logique la vie aquatique reprend ses droits. La ‘mer’ d’Aral – qui est en fait un grand lac peu salé – était alimenté par les deux plus grands fleuves d’Asie centrale : l’Amu Darya et le Syr Darya. Encourageant les pays d’Asie centrale à se réunir pour faire face au problème ensemble, de nombreux acteurs externes, et surtout la Banque Mondiale, ont réussi à rassembler plus de 800 millions de dollars en seulement 10 ans. Il s’agissait au milieu du XXème siècle du quatrième plus grand lac d’eau salée de la planète. En bloquant intentionnellement l’eau, la Russie peut donc manipuler à son avantage certains échanges avec le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. De nombreuses études soulignent ces enjeux de santé publique : au monde (110 / 1000), d’une hausse de cancers, d’anémies, de tuberculoses, etc, La situation est complexe. En effet, avant son assèchement, la mer d'Aral faisait vivre 40 000 pêcheurs. Longtemps, l’assèchement de la mer n’a été pour nous qu’un problème parmi d’autres. » La région du Karakalpakistan – dont la mer d’Aral couvrait jadis une vaste partie – occupe un tiers de l’Ouzbékistan. © Copyright 2017 Peau-Ethique - Mentions légales -. Avec le démantèlement de l’union soviétique en 1991, les cinq pays de l’Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan, et Kirghizistan) se sont vus attribués la lourde tâche de sauver la mer d’Aral. En 1990, la Banque Mondiale a mis en place le Programme d’Assistance pour le Bassin de la Mer d’Aral (ASBP), un projet général de réhabilitation, de développement et de planification stratégique sur 15-20 ans, . L’assèchement progressif de la mer d’Aral, provoqué par de gigantesques projets d’irrigation lancés sous l’ère soviétique, a entraîné des conséquences écologiques et sanitaires dramatiques. Quant à la végétation, le manque dea… La mer d’Aral se vide, car l’eau des deux fleuves qui l’alimentent, l’Amou-Daria et le Syr-Daria, a été détournée pour les besoins de l’agriculture. Victime des politiques agricoles soviétiques, la taille de la mer a régressé jusqu’à ne représenter qu’un dixième de sa taille originelle à la fin des années 80. La mer d’Aral est aujourd’hui divisée en deux parties distinctes : les bassins du Nord et du Sud. Depuis 2003, la mer d’Aral a perdu approximativement 75% de sa superficie et 90% de son volume. l’assèchement de la mer d’Aral 2.1 Le constat hydrologique et géochimique Dans la deuxième moitié du XXème siècle, le bilan hydrique de la mer est profondément perturbé. A cela ajouter des vents violents (+90km/h). Non seulement une conséquence environnementale mais aussi économique, car les aires de pâturages ont diminué de 80% et la chasse n’est plus un moyen de subsistance convenable. L'assèchement de cette mer fut planifié dès 1918 [2].Au début des années 1960, les économistes soviétiques décident d’intensifier la culture du coton en Ouzbékistan et au Kazakhstan.Les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria sont détournés pour irriguer les cultures (Canal du Karakoum).Ainsi en 1960 entre 20 et 60 km 3 d'eau douce sont détournés. Dans les pas de ce premier effort, d’autres actions ont pu être mises en place. Encourageant les pays d’Asie centrale à se réunir pour faire face au problème ensemble, de nombreux acteurs externes, et surtout la Banque Mondiale, ont réussi à rassembler plus de 800 millions de dollars, en seulement 10 ans. Leur débit cumulé est passé de 60 kilomètres cubes par an dans les années 1950 à 1,3 kilomètre cube par an en 1986. La mer d'Aral, catastrophe environnementale, En quelques mots, en quelques chiffres : ancien lac d'eau salée d'Asie Centrale, au milieu d'espaces désertiques, elle est partagée entre le Kazakhstan au nord et l’Ouzbékistan au sud dans les années 1960, la mer d'Aral, encore alimentée par les puissants fleuves Amou-Daria et Syr-Daria, formait la quatrième plus vaste étendue lacustre… Il s’agit d’une affaire délicate, qui met en avant un manque de coopération entre des pays qui cherchent à éviter toute responsabilité. Cette perte massive d’eau a drastiquement altéré le climat de la région, maintenant considéré comme continental. À partir des années 60, le niveau de l’eau a diminué de 20 à 60 km3 par an, et les 68 900 km2 d’étendue d’eau se sont progressivement transformés en un bassin de 7000 km2. La réponse est : OUI. Au vu des difficultés à trouver des solutions efficaces et de grande ampleur au problème de l’assèchement de la mer d’Aral, la communauté internationale est entrée en jeu dès le début des années 90. Aux alentours du lac le taux de mortalité infantile est gigantesque. Ces images satellites, prises en 2001 et 2016, montrent son assèchement au cours des 15 dernières années. L’assèchement de la mer d’Aral est une catastrophe naturelle passée sous le radar du public mondial, dont on entend très peu parler de nos jours. L’Assèchement de la Mer d’Aral: Les conséquences d’un manque de coopération. Mer intérieure, partagée entre les républiques du Kazakhstan, du Turkménistan et de l’Ouzbékistan, la mer d’Aral est située à l’est de la mer Caspienne, entre 53° et 56° de latitude nord et entre 58° et 62° de longitude ouest. Ces problèmes environnementaux ont aussi des effets néfastes sur la santé des populations locales, ce qui force les autorités à constater l’urgence d’établir des solutions efficaces pour sauver la mer d’Aral. Une salinité très importante qui tue les poissons et qui donc entraine la perte d’emplois. Mais depuis son démantèlement, la Russie a très peu de lien avec la situation, puisque son autorité ne s’étend plus jusqu’à la région en question. Plutôt que d’avoir une moyenne de -25 degrés en hiver et 35 degrés en été, les populations doivent endurer des températures atteignant -50 en hiver et 50 en été, auxquelles s’ajoutent des vents violents atteignant 90 km/h. Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. L’Union Soviétique s’est lancée dans la construction de barrages sur les fleuves qui approvisionnaient la mer d’Aral, afin d’augmenter la production de coton (l’Ouzbékistan reste aujourd’hui le 2ème exportateur) et de céréales. Sur ce qu’on y aperçoit de la Mer d’Aral, il y a une île (qui n’est pas à la place de l’Île de Vozpojdiénié)or ce n’est que dans les années 80 que des îles sont apparues suite à l’assèchement. Vraie question, est-ce que la culture du coton a provoquer l’assèchement de la mer d’Aral ? _ L'assèchement de cette mer fut planifié dès 1918. Mais comment pêcher dans une mer où il n’y a plus de poissons ? La mer d’Aral, située entre le Kazakhstan et l’Ouzbékhistan, se trouve dans un état critique d’assèchement depuis les années 1970. Ce gigantesque barrage dans le bassin du Nord a réussi à remonter le niveau de l’eau de 6 mètres depuis 2005 et à baisser le taux de salinité de la mer, permettant à certaines espèces de poissons de la repeupler. Urgence humanitaire Le reflux de la mer d'Aral est l'une des pires catastrophes écologiques provoquées par l'homme.
2020 mer d'aral assèchement